Selon une étude, deux tiers des personnes résidant en Estonie estiment que la présidence estonienne du Conseil de l'Union européenne a été une réussite

  • Communiqués de presse
  • 28/12/2017 09:12

#eu2017ee

Logo EU2017EE
(photo: Annika Haas / EU2017EE)

L'étude «Prise de conscience et attitude de la population à l'égard des questions ayant trait à l'Union européenne», menée par Rait Faktum & Ariko OÜ, à la demande de la chancellerie d'État estonienne, révèle que 79% des personnes résidant en Estonie se disent favorables à l'appartenance de l'Estonie à l'Union européenne. Ce soutien a augmenté de 2% en un an.

«La progression modérée du soutien à l'égard de l'Union européenne peut être attribuée à la présidence estonienne du Conseil de l'Union européenne, vu qu'elle a été un succès et qu'elle a suscité des réactions essentiellement positives de la part des médias», a indiqué M. Kalev Petti, directeur de recherche chez Rait Faktum & Ariko.

52% des personnes interrogées disent qu'elles ont été informées des activités liées à la présidence estonienne du Conseil de l'Union européenne. Les personnes âgées de 60 à 74 ans et celles diplômées de l'enseignement supérieur s'estiment informées de la présidence estonienne plus souvent que la moyenne (61% et 60%, respectivement, s'affirment bien ou plutôt bien informées).

Par ailleurs, 61% de la population considèrent que la présidence estonienne a été un succès, tandis que 15% pensent l'inverse. Un quart des sondés n'ont pas d'opinion sur le sujet. Interrogées à propos du domaine sur lequel l'Estonie a le plus mis l'accent durant la présidence estonienne, la plupart des personnes mentionnent le développement du numérique (56% de la population).

«Je suis heureux de voir que la population se montre très favorable à l'Union européenne et qu'elle se préoccupe des questions auxquelles l'Europe est confrontée. Le degré de sensibilisation sur les activités et les objectifs de l'Estonie a également augmenté grâce à la présidence estonienne, nous permettant d'espérer que la population sente que sa parole est prise en compte», a déclaré M. Klen Jäärats, Directeur des questions européennes du Secrétariat aux affaires européennes auprès de la Chancellerie d'État, au sujet des résultats de l'étude.

Depuis que l'Estonie est passée à l'euro en 2011, le soutien en faveur de l'utilisation de l'euro a progressé. Cette année, 81% de la population se disent favorables à l'utilisation de l'euro, contre 15% d'opposants. Cette proportion n'a pas changé cette année.

57% des personnes résidant en Estonie (56% en janvier 2017) estiment également que les activités de l'Estonie au sein de l'Union européenne ont été une réussite, contre 27% qui pensent que cela n'a pas été le cas. Les avis exprimés par les personnes interrogées concernant les activités de l'Estonie divergent en fonction de leur âge, de leur nationalité, de leur citoyenneté et de leur revenu. Plus souvent que la moyenne, les personnes âgées de 15 à 29 ans (65%) ou de 60 à 74 ans (64%), les Estoniens (65%) et les personnes à revenu supérieur à la moyenne (800 euros ou plus par membre du foyer et par mois) (65%) jugent que les activités de l'Estonie au sein de l'Union européenne ont été une réussite. 

La résolution des causes profondes de la crise migratoire a été considérée comme étant la principal ligne d'action de l'Estonie au niveau de l'Union européenne -  42% de la population l'ont mentionnée parmi les deux activités les plus importantes. 37% de la population ont déclaré que l'application de la signature électronique dans toute l'Europe était l'une des deux activités les plus importantes. Le nombre de personnes estimant très importante l'utilisation de la signature électronique a augmenté de façon exponentielle, notamment au sein de la jeunesse (53% des jeunes la considèrent importante). Au début de l'année, seuls 11% des sondés jugeaient que la mise en œuvre de la signature électronique était importante.

Les sondages menés dans le cadre de cette étude ont été réalisés de novembre à décembre 2017. Au total, 1 027 résidents estoniens âgés de 15 à 74 ans ont été interrogés par téléphone.