Ensemble, vers une Europe numérique

  • Aperçus
  • 28/12/2017 12:15

#eu2017ee #paperless

Le coucher du soleil

La présidence estonienne du Conseil de l'Union européenne s'est caractérisée par l'importance accordée aux questions numériques. La progression remarquable de la stratégie du marché unique numérique ainsi que les efforts déployés pendant le Sommet numérique de Tallinn pour débattre plus largement des sujets touchant au numérique en sont la preuve.

Le travail de l'Estonie en faveur du numérique s'est également reflété dans des solutions plus pratiques et concrètes, comme la simplification et la numérisation des procédures internes de la présidence pour celles qui suivront.  

En coopération avec le Conseil de l'Union européenne et d'autres institutions, des projets tournés vers l'avenir ont été proposés, initiés et réalisés, comme la première signature électronique d'un texte juridique de l'Union européenne. Les bases tendant à rendre les prochaines présidences plus économes et similaires ont été jetées, tout d'abord avec le portail informel de la présidence, dont les principales caractéristiques sont issues du «portail de la présidence», conçu pour la présidence estonienne. Plusieurs autres idées ont été présentées et utilisées afin de faciliter le travail des délégués; citons notamment l'identifiant unique pour les délégués, l'introduction de la signature électronique, la numérisation des formulaires de frais de déplacement et l'échange sécurisé d'informations entre les États membres. Progressivement, l'Estonie a montré que le numérique était plus rapide, plus simple et plus économe

La gestion numérique des événements 

L'adoption des solutions numériques par les présidences du Conseil de l'Union européenne s'est faite selon un processus par étape. Au cours des précédentes présidences, il n'existait aucune solution unique pour les réunions informelles. Chaque nouvelle présidence développait sa solution propre. Mais cela coûte cher, et refaire le travail tous les 6 mois ne semble pas raisonnable. 

La question se posait clairement avant le début de la présidence estonienne, et tout le monde s'entendait sur la nécessité de mettre en place une solution numérique unique. Les préparatifs ont donc débuté, afin de réaliser le portail de la présidence. Étant donné que le cycle de développement d'un projet informatique aussi ambitieux que celui-ci se compte non pas en mois mais en années, il était clair que la présidence estonienne avait besoin d'une solution intermédiaire Le travail consacré au portail de la présidence est le fruit d'un effort conjoint entre l'Estonie, la Bulgarie et l'Autriche.

Le portail utilisé pour les événements de la présidence estonienne portait le nom de «portail de la présidence». Il a éét utilisé comme principal outil numérique pour la gestion des réunions informelles de la présidenc, qui se sont tenues en Estonie. Le portail de la présidence est une solution qui s'appuie sur internet; étant adapté au mobile, il peut être utilisé par tout appareil et ne requiert pas d'équipements ni de modules complémentaires. Le portail de la présidence est  connecté au système d'accréditation. Il sert d'archive, d'agenda, de système de gestion logistique et propose des outils numériques pour réaliser des sondages et faciliter les activités des groupes de travail pendant les événements de la présidence. 

L'adoption de solutions numériques va de pair avec un service d'assistance clients, étant donné qu’un certain temps est nécessaire pour s'habituer à toute nouveaué. C'était évidemment également le cas pour le portail de la présidence. 

«Pendant les périodes très chargées de juillet et d'août, le téléphone sonnait continuellement. Souvent, les personnes qui appelaient avaient simplement besoin qu'on leur confirme que ce qu'elles faisaient était correct», a souligné Mme Kaisa Einsok, responsable du projet du portail de la présidence.

«Nous avons obtenu de nombreux retours positifs de la part des délégués qui ont trouvé excellente l'idée de tout rendre disponible de manière numérique et ont fait remarquer que la gouvernance en ligne devrait fonctionner ainsi», a-t-elle ajouté. Le portail de la présidence a été utilisé pour environ 175 événements par environ 8 500 utilisateurs

Le code source du portail temporaire de la présidence sera également rendu disponible pour les prochaines présidences si elles souhaitent utiliser cette solution tant que le portail définitif de la présidence n'est pas achevé. Cependant, dès l’instant où celui-ci (développé par le secrétariat général du Conseil en collaboration avec l'Estonie, la Bulgarie et l'Autriche) sera entièrement opérationnel, il sera le principal portail informatique de toutes les prochaines présidences, offrant les mêmes possibilités que le portail temporaire de la présidence et plus encore, par exemple en aidant à gérer toutes les réunions informelles. 

Seules les petites choses comptent 

Même s'il est toujours séduisant de parler de grands changements révolutionnaires, ce sont souvent les petites choses qui peuvent contribuer à améliorer notre vie en optimisant les habitudes quotidiennes restées ancrées dans le passé. Prenons l'exemple des feuilles de présence et les notes de frais de déplacement des délégués se rendant à Bruxelles pour participer aux groupes de travail. Les délégués devaient remplir et envoyer un certain nombre de papiers pendant et à l'issue du groupe de travail.

Pour les personnes concernées, ce processus était connu sous le nom de «papiers verts et jaunes», selon les couleurs des papiers qui devaient être remplis et fournis. Suite à une phase expérimentale en décembre 2017, ce processus devrait être également disponible en numérique. Ainsi, les délégués n'auront plus besoin de consigner leurs visites sur papier mais pourront le faire en utilisant le service concerné sur le portail des délégués. Dans la mesure où la procédure est simplifiée, cela permet de gagner du temps et, bien sûr, de protéger l'environnement. 

Un autre changement apparemment minime mais non négligeable concernait la connexion aux services de l'Union européenne. Un service européen d'ouverture de session a été intégré au portail des délégués et à celui des prochaines présidences.

Il est donc désormais possible de s'identifier en utilisant sa carte nationale d'identité électronique. En pratique, cela rend l'ouverture de session plus sécurisée et plus simple. Les utilisateurs n'auront plus besoin de se souvenir d'un mot de passe pour se connecter et ils pourront utiliser le même code PIN que pour tous les autres services auxquels ils ont accès via leur carte d'identité électronique. Surtout, l'ouverture de session à l'aide d'une carte d'identité électronique est beaucoup plus sûre, étant donné qu'elle nécessite une carte d'identité physique. Cela ajoute un autre élément de sécurité au système et rend presque impossible le piratage du compte.

Dernier point, mais non des moindres - la signature électronique des documents juridiques

En Estonie, cela fait des années que le processus législatif est entièrement numérique. Le Parlement européen fait maintenant ses premiers pas en la matière. En octobre, la première signature électronique certifiée d'un texte de loi de l'Union européenne a eu lieu. Le règlement relatif à la sécurité de l'approvisionnement en gaz a été cosigné par le Président du Parlement européen, M. Antonio Tajani et le représentant spécial de l'Estonie auprès de l'Union européenne, M. Matti Maasikas. Une application spécialement dédiée à la signature électronique a été mise au point pour que les signatures électroniques certifiées puissent être apposées sur les législations de l'UE. 

Les grandes choses ont souvent eu des débuts modestes. Les efforts mis en œuvre pour faire passer au numérique les procédures et les systèmes de l'Union européenne ont suscité des réactions positives. Les prochaines présidences ont fait part de leur volonté de faire avancer les projets amorcés au cours des six derniers mois. Dans la mesure où la modernisation d'entités de la taille de l'Union européenne demande beaucoup de temps et d'efforts, les participants ont d’ores et déjà admis qu'il était nécessaire d'agir pour tirer parti des avancés que les technologies numériques procurent à la société.