Anne Erm: «Jazzpresent to Europe» Le jazz estonien triomphe dans le monde entier

  • Aperçus
  • 19/12/2017 15:09

#eu2017ee #ev100 #Estonia100

Peedu Kass
Peedu Kass et son trio Peedu Kass Momentum ont participé à la tournée de concerts «Jazzpresent to Europe» (photo: peedukass.com)

Le jazz estonien est présent depuis longtemps à l'étranger dans les clubs de jazz et les salles de concert, mais il a été relativement peu joué. Pourtant, le jazz estonien a atteint au XXe siècle une nouvelle popularité, suscitant un intérêt grandissant en Estonie et à l'étranger. Pourquoi ?

Le jazz estonien est fascinant et unique

Des années 60 aux années 80, les jazzmen estoniens fréquentaient principalement ceux de Russie et de l'Union soviétique, et se produisaient dans leurs festivals respectifs, le plus grand et le plus important d'entre eux étant la parade de jazz estonien du festival de Tbilissi en 1978, dont certains se souviennent encore. Après la réindépendance de l'Estonie, dans les années 90, les musiciens de jazz estoniens nouèrent davantage de contacts avec des musiciens étrangers, et furent donc remarqués par un plus grand nombre d'organisateurs de festivals.

Le festival Jazzkaar a commencé à se mettre en contact avec des journalistes étrangers en 1997, date à laquelle les plus grands critiques de jazz des États-Unis, de Russie, de Finlande et d'ailleurs se sont rendus au festival Jazzkaar. Dès lors, ils se sont mis à diffuser la parole du jazz estonien à travers le monde. Cette tendance n'a cessé de croître. De nombreux journalistes étrangers, ainsi que des représentants d'agences et des organisateurs de festivals, se rendent chaque année au Jazzkaar et à la Tallinn Music Week, et comptent parmi leurs groupes favoris des groupes estoniens de jazz. Jazzkaar a également présenté plusieurs projets de collaboration entre des musiciens estoniens et étrangers ayant débouché sur des albums communs et des tournées communes.

De plus en plus de musiciens jeunes et déterminés donnent de la vitalité à la scène de jazz estonien et bouillonnent d'idées nouvelles.

Les instances qui apportent leur soutien aux musiciens de jazz estoniens -  l'Union estonienne du jazz et les écoles proposant une formation en jazz - aident de mieux en mieux et plus efficacement les artistes.  Il est devenu normal, en matière de formation au jazz, d'étudier dans des universités étrangères, et la collaboration des groupes de jazz estoniens avec des musiciens étrangers constitue également une force motrice. Heureusement, il y a suffisamment de bons festivals de jazz en Estonie pour que les artistes puissent présenter leurs nouvelles créations au public.

Avant le 100e anniversaire de la République d'Estonie, lorsqu'une occasion se présentait de faire découvrir plus largement le jazz estonien à l'étranger, toutes les conditions favorables étaient déjà établies pour la mener à bien. Quand l'Union estonienne du jazz et Jazzkaar abordèrent les organisateurs des festivals de jazz de Bruxelles, Tampere, Londres, Berlin, Hambourg et celui Pori en Finlande, afin d'y présenter le jazz estonien à un public plus large, leur réponse fut, sans hésitation, OUI.

Pourquoi?

C'était peut-être le bon moment, parce que le jazz estonien offre de la fraîcheur et de la nouveauté. Peut-être, le public commençait-il à se lasser du jazz nordique qui a connu une forte influence et a été très populaire ces dernières années.

Les groupes sélectionnés par les festivals étrangers pour présenter le jazz estonien appartiennent vraiment à l'élite du jazz estonien. Ils se sont tous produits auparavant à l'extérieur du pays mais les derniers concerts de ces jazzmen estoniens n'ont jamais autant attiré l'attention des médias internationaux et locaux que durant leurs séries de concerts «Jazzpresent to Europe», cet automne. Le soutien de Jazzkaar, l'Union estonienne du jazz, Estonia 100, l'agence de tourisme estonien auprès d'Enterprise Estonia, le ministère de la culture, les ambassades estoniennes, les organisateurs du festival en Europe et les musiciens estoniens eux-mêmes a  été la clé du succès de cet événement mettant en valeur le jazz estonien. Sans leur attention et leur soutien, ces performances de haut niveau auraient été presque impossibles.

Le triomphe du jazz estonien dans le monde

La première performance de musiciens de jazz estoniens a eu lieu les 12 et 13 septembre à Bruxelles, lorsque la célèbre salle de concert du Flagey a ouvert ses portes aux musiciens estoniens. Le grand groupe international Maria Faust Sacrum Facere a joué avec le groupe belge De Beren Gieren et le trio Peedu Kass Momentum aux côtés du Collectif LG Jazz lors du festival de jazz B-EST 2017.

Les deux groupes estoniens, qui s'étaient déjà produits sur scène à l'étranger, faisaient jeu égal avec les groupes belges. Le groupe de Maria Faust a joué au Tampere Jazz Happening – le plus célèbre festival de musique en Europe, ainsi qu'au We Jazz d'Helsinki et à des festivals au Danemark, en Suède, en Italie et ailleurs. Sacrum Facere a reçu, sans surprise un accueil très chaleureux de la part du public international à Bruxelles, grâce à leurs morceaux de musique qui largement sur des traditions estoniennes et rassemblent les idées de la «nouvelle Europe», toujours créatrice de liens personnels et d’émotions.

Tous les amis du jazz estonien se sont également réjouis de la nouvelle consécration qu'a reçue Maria Faust, le 4 décembre, lors du gala de remise des prix musicaux du Danemark. Maria Faust a remporté les prix de la meilleure compositrice de jazz et du meilleur album de jazz vocal avec «In the Beginning», dont certains morceaux ont été interprétés par la chanteuse danoise Kira Skov et un groupe international, à l'ouverture du concert Jazzkaar, l'an dernier.

Peedu Kass Momentum, un groupe qui a donné un nouveau souffle à un trio pour piano traditionnel grâce à une direction partagée et des rôles créatifs attribués à chacun d'eux, a l'habitude de jouer plus souvent à l'étranger que sur la scène locale. Ils forment le premier ensemble estonien à avoir été sélectionné dans le programme officiel d'un grand événement de jazz européen: le jazzahead! festival de Brême de 2015. Il s'agit du plus important festival d'Europe, où tous les talentueux artistes de jazz veulent se produire. Tous les ans, des centaines d'organisateurs de festivals et de concerts de jazz y participent, ainsi que des journalistes et des experts.

Le public a été subjugué non seulement par les brillants personnages de Peedu Kass Momentum mais aussi par leurs improvisations et le voyage musical de Valga à Bruxelles.  La musique entraînante et les performances précises du groupe ont permis au trio de se produire sur plus d'une douzaine de scènes à l'étranger, de l'Australie au Canada.

Cette année, le Tampere Jazz Happening a été sacré Festival européen de l'année (le titre est décerné par le European Jazz Network), car c'est un festival innovant qui se targue d'avoir un programme ambitieux et qui est bien dirigé. Même si Tampere est proche de l'Estonie, les organisateurs ont été quelque peu sceptiques quant au caractère captivant et suffisamment unique du jazz estonien pour le public finlandais. Ici encore, pourtant, la critique a été conquise par les excellentes performances lors du festival Jazzkaar et de la Tallinn Music Week; le Kirke Karja Quartet, le duo Kadri Voorand et Mihkel Mälgand, et le groupe Heavy Beauty avec le guitariste Jaak Sooäär, étaient tous sélectionnés pour le festival.

Une soirée dédiée à la musique d'un seul pays, intitulée cette année «Spotlight on Estonia», était organisée pour la troisième année de suite et se déroulait le jour de l'inauguration du festival. Le club Tullikamarinaukio, où avait lieu la soirée, semblait avoir une capacité infinie, avec une file d'attente qui serpentait à l'extérieur du bâtiment. À l'intérieur, l'atmosphère bruissait de l'impatience des spectateurs; un public énorme était présent, et voulait apprendre à connaître les artistes estoniens et leur musique. Parmi la foule se trouvaient également des journalistes et des organisateurs de festivals venus de plusieurs pays.

La présentation du jazz estonien en Finlande a fait mouche. La salle était comble, l'auditoire captivé et tout le monde s'était trouvé un nouveau groupe préféré parmi la grande variété de groupes sélectionnés.

Le quatuor de la pianiste et compositrice Kirke Karja a enchanté avec sa puissance de composition et son énergie crréative. Juste après Tampere, le groupe a eu également du succès au Luxembourg, en Allemagne et en France. À Tampere, plusieurs personnes ont déclaré que leur groupe préféré était le Kirke Karja Quartet. Le tandem constitué de Kadri Voorand et Mihkel Mälgand s'est démené à fond; le style vocal aussi audacieux que confiant a quelque peu choqué le public qui ne connaissait pas la fine fleur des chanteurs d'Estonie. Pour conclure la soirée, le quatuor Heavy Beauty a joué quelques morceaux plus rock avec des images et des motifs attrayants. Le Lituanien Liudas Mockunas, dont la maîtrise puissante et adaptable des instruments allait du saxophone basse à la flûte, s'est invité le temps de quelques morceaux.

La critique a salué la performance de Kirke Karja, qui évite les lieux communs et les clichés, la formidable énergie de Heavy Beauty et la technique charismatique et versatile de Kadri Voorand. Lorsque le concert s'est terminé, la file d'attente pour obtenir une dédicace n'en finissait plus. Tout le monde était heureux.

Kadri Voorand et Mihkel Mälgand, Weekend Guitar Trio, Erki Pärnoja: Efterglow, Heavy Beauty et Peedu Kass Momentum ont eu l'occasion de briller lors du prestigieux festival de jazz de Londres. Les organisateurs du festival de jazz de Londres les avaient sélectionnés après les avoir vus en concert lors de la Tallinn Music Week et de Jazzkaar. Le premier week-end de novembre, le duo Voorand-Mälgand donna deux concerts au prestigieux King’s Place avec le saxophoniste britannique Andy Sheppard. Le public a adressé ses meilleurs compliments pour cette expérience et tous les disques qu'avait amenés le groupe furent vendus à de nouveaux fans.

Le groupe estonien expérimenté Weekend Guitar Trio, composé de Mart Soo, Robert Jürjendal et Tõnis Leemets, fut le premier à faire son entrée dans l'arène du grand Barbican Centre. Il a assuré l'ouverture du concert du génie de la guitare Pat Metheny dans une salle que l'on prévoyait comble. Ainsi, plusieurs passionnés de musique, qui étaient venus écouter des virtuoses américains, ont pu découvrir la sonorité atmosphérique et les improvisations du trio de guitaristes estoniens. Le deuxième concert du trio dans un restaurant du Pizza Express a été diffusé par le BBC Radio 3 et est disponible en ligne.

La journée estonienne du festival de jazz de Londres est tombée le dimanche 19 novembre, le jour où trois groupes estoniens ont été mis à l'honneur dans le hall d'entrée spacieux du Barbican Centre. Les sonorités modernes d'Erki Pärnoja: Efterglow ont fait dresser l'oreille à l'auditoire dès les toutes premières notes et de plus en plus de gens se sont joints avec enthousiasme à ce voyage mélodique en quête de beauté. Heavy Beauty ne s'est pas retenu et sa musique a rempli tout le bâtiment avec le merveilleux son du jazz rock. Peedu Kass Momentum, d'un autre côté, demandait plus de concentration et a attiré quelques grands amateurs de jazz.

Ni le public, ni les ovations n'ont fait défaut à aucun des groupes. Qui s'était rendu au Barbican ce dimanche? Il y avait les organisateurs des festivals de jazz de Londres et Cheltenham, des journalistes, des passionnés de musique, des Estoniens vivant à Londres et des promeneurs qui se sont trouvés brusquement cloués à l'endroit où avaient lieu les trois concerts, car nombreux étaient ceux qui découvraient avec surprise cet incroyable jazz estonien. Dimanche soir, lors du dernier concert du festival de jazz, Kristjan Järvi dirigeait le BBC Concert Orchestra qui jouait, avec le groupe de Terence Blanchard, une suite symphonique, la seule symphonie de Joe Zawinuli, l'un des grands noms de la musique internationale qui s'est également produit au Jazzkaar avec l'ensemble de jazz de Django Bates.

Pendant les concerts du «Jazz Present to Europe»,  les stands consacrés au jazz estonien vendaient des documents sur les événements liés au jazz estonien et à ses musiciens, des bonbons du centenaire de l'Estonie et des disques de jazz. Le premier des trois cadeaux a reçu un accueil extrêmement chaleureux et les musiciens étaient parfaitement rassurés: leur musique est spéciale, passionnante, et elle fait vibrer la corde sensible du public estonien comme des amoureux du jazz en Europe.